Types des écoles de Paris

Artacadémie

07 56 78 00 19

Le terme Ecole de Paris définit un groupe des artistes d’origine étrangère venus dans la capitale de la France au début du XXème siècle à la recherche des conditions favorables pour le développement de leurs talents et d’une rare liberté d’expression, fruit d’une communication constante et d’une concurrence fructueuse.
[TOC]
Un rôle fondamental dans cette recherche ont joué les Impressionnistes, non seulement parce qu’ils ont beaucoup contribué au développement d`art en dehors de la France, mais aussi parce que Paris et ses alentours ont servi une source d’inspiration incomparable. En 1886, à Paris, Van Gogh a donné la naissance aux changements irréversibles. Dans l`exemple de Van Gogh il y avait déjà la dualité qui sera la principale caractéristique des représentants de cours de dessin. Bien que Paris leur a permis d’exprimer leurs véritables sentiments et de réaliser des idées créatives, ils n’ont jamais oublié leurs racines.

En plus d`histoire des ateliers Parisiennes

Au début du XXème siècle à Paris il existait trois grands centres d’art : Montmartre, Vaugirard et Montparnasse. Dans le premier ont travaillé les maîtres les plus célèbres. Ces artistes, principalement d’origine juive, originaires d’Europe centrale et surtout d’Europe de l’Est, se sauvaient des conditions sociales cruelles et encore plus peut-être de l’influence d’une ancienne tradition culturelle qui interdisait l’image de la personne sur les cours de dessin portrait.


La Polonais Yevgeny Zack a vécu à Paris pour la première fois en 1900-1901, pour la deuxième fois à partir du 1904. Bientôt, le tourbillon des artistes émigrés a rapidement augmenté. Célèbre graphiste Jules Pascin vient de Munich la nuit de Noël 1905. En 1906 Amedeo Modigliani est arrivé de Livourne, en 1908 est venu Léopold Gottlieb, en 1910 Marc Chagall et Moise Kisling, l’un de Russie, l’autre de Cracovie. Pinchus Kremegne et Mikhail Kikoine, étudiants de cours de dessin debutant des beaux-arts de Vilnius, sont venus en 1912, leur camarade de classe Chaim Soutine en 1913.

À l’exception de Jules Pascin, ces peintres ont connu de fortes difficultés financières et se sont installés à Montparnasse dans les ateliers de La Ruche, tandis que Montmartre occupé un peu plus tôt restait essentiellement la propriété des cubistes.

Le lien des nouveaux venus aux cubistes a influencé la formation des styles des deux ; la sensualité de la peinture et de l’imagination a dominé l’intellectualisme. Si l’art de Soutine était complètement étranger au cubisme, Modigliani, Chagall, Pascin, Kisling et Zack, au contraire, adhéraient quelque temps à l’organisation de règles formelles. Seul Gottlieb a conservé la finesse graphique ressemblant à la manière des expressionnistes autrichiens. Bien que tous ces artistes fussent dans le milieu où les idées traditionnelles sur l’objectivité de la peinture étaient fortement mises en question sur les cours de dessin Paris 10, ils ont tous apprécie le réalisme de l’image.

La Première Guerre mondiale a dispersé ce groupe d’artistes. Restant en France, Modigliani, Soutine, Flint, Kisling et Kikoine ont survécu les années les plus difficiles de leurs vies.  Après la mort de Modigliani en 1920 la reprise de l’activité artistique d’Ecole de Paris entre les deux guerres s’est poursuivie dans toute autre direction.

Le bien-être matériel des artistes est devenu plus favorable. Le Docteur Barnes après avoir acheté à la surprise générale une série de peintures de Soutine en 1923 a servi l`exemple aux marchands entreprenants.

Quels artists ont change les form de cours a Paris?

L’afflux des artistes juifs russes provoqué par la situation politique complexe a été particulièrement fort. Nombreux d’entre eux ont fait une station à Berlin mais la situation économique en Allemagne n`a pas permis aux artistes d’y rester. Mané-Katz est arrivé à Paris en 1921, Sigmund Menkes et Max Band en 1923, la même année est rentre Chagall et est arrivé Abraham Mintchine qui a vécu en France ses 5 dernières années. Ils ont tous passé Berlin.

A Paris, les cours de dessin Paris a ete fondee a 1984 et pursuivi les lesson sacademiques de niveau haute.

Leurs idées étaient moins novatrices que les conceptions de leurs prédécesseurs. C’est peut-être pour cela qu’ils se sont impliqués plus facilement dans la vie artistique parisienne aussi grâce au soutien de leurs amis, critiques et galeristes. Dans leur art, l’influence du néoréalisme conventionnel de la période après-guerre était très perceptible, en même temps le germe symbolique était présent dû à la tentative de préserver la culture juive vivante. En particulier ce fait est nettement visible dans les œuvres de Mané-Katz, Menkes et Max Band. Mané-Katz est mort en Israël, les deux autres sont partis aux États-Unis.

Un autre groupe d’artistes russes est resté en France. Konstantin Tereshkovich est arrivé à Paris en 1920, André Lanskoy et    Serge Charchoune en 1921, Jean Pougny en 1923, Serge Poliakoff et Yuliy Shapoval en 1924. Cette école russe à Paris, aussi bien que la première, réservait une attention particulière à la couleur. Maurice Blond est venu de Lodz en 1924 et a rejoint le cours de dessin Paris 11 slave à Paris.

La plupart de ces artistes se sont rendus célèbres grâce aux œuvres abstraites. Les artistes venus de Belgique (Lacasse et Vantongerloo), de la Hollande (Ger et Bram van Velde), de l’Allemagne (Hartung), de la Portugal (Vieira da Silva), l’Espagne (Borée) gravitaient à l’abstrait.

Finalement après la libération de la France, le concept d`École de Paris s`est prodigieusement étendu.  Il sous-entendait l`oeuvre d’une grande variété d’artistes. Beaucoup d’entre eux n’ont pas accepté la nationalité française (Zao Wou-Ki, Vasarely, Nicolas de Staël). Ils sont restes étrangers dans une situation particulière, certains d’entre eux sont restés en contact avec leur patrie : Belge Alechinsky et Heck, Les Hollandais Appel, Korneyl, Lataster et Bogart, Danois Jorn, Grec Prassinos, Polonais Lebenstein et Marinaite, Yougoslaves Musik et Velikovich, Canadieb Riopelle, Еspagnol Ubeda, Klavе, Arroyo et Hernandez, Allemand Klassen. Cela s`explique par l`existence du système plus développé de la communication et aussi par les préférences des clients américains grâce auxquels les États-Unis sont devenus l’un des principaux marchés de l’art. Tous ces artistes se sont déclarés à Paris et nombreux d’entre eux continuent à vivre et travailler. Une fois stimulé le développement de nouveaux concepts de la peinture Paris est devenu le carrefour des tendances artistiques mondiales.