Aquarelle – technique humide

Artacadémie

0756780019

Aquarelle – technique humide

mars 6, 2019 Blog 0

Article didier aux debutanes et artistes initie qui vulent plonder dans le monde de dessin avec aquarelle.

Contenu prepare par atelier Artacademie-Paris et les cours d`aquarelle.

Aquarelle – aqueux;  italien. Acquarello, – “cru” ou “humide”, “humide-humide” de Travailler dans l’eau – “travail dans l’eau”) – technique à l’aquarelle, lorsque la peinture est appliquée sur le papier abondamment humidifié avec de l’eau, cette méthode n’est possible que dans l’aquarelle.

La méthode «humide» est souvent utilisée en combinaison avec le travail à l’aquarelle «à sec». Il exige de l’artiste une précision dans le choix de la couleur et du ton. Même un maître expérimenté travaillant sur du papier humide ne peut prévoir le résultat final, car le dessin reste «en mouvement» jusqu’à ce qu’il soit complètement sec. En même temps, c’est précisément en raison de son imprévisibilité que l’aquarelle «humide» attire de nombreux artistes. De plus, cette méthode, qui permet d’appliquer facilement les peintures et de les laver en cas d’erreur, sans frotter le papier, nous permet de mieux comprendre les spécificités de la peinture à l’aquarelle pour les débutants.

Les œuvres réalisées dans une aquarelle «humide» se caractérisent par la douceur du trait et par la texture unique de la couche de peinture, qui ne peut être obtenue avec aucune autre technique de peinture. Cette méthode de peinture à l’aquarelle est particulièrement adaptée aux paysages et à la transmission des effets atmosphériques.

Avant d’appliquer la peinture, une feuille de papier est mouillée. L’eau en excès est éliminée à l’aide d’une éponge ou d’un coton-tige. Parfois, vous pouvez travailler sur le papier sous lequel un chiffon humide est planté. Le papier fin (avec un poids de 500 feuilles pesant moins de 100 grammes) doit être étiré sur un tableau (en le fixant avec un ruban adhésif) ou une gomme à effacer pour éviter toute déformation du motif. N’appliquez pas de peinture, superposez-les à plusieurs reprises, car leur teint sera pollué. Si vous devez enregistrer de petites pièces, vous devez attendre le séchage complet et travailler avec un pinceau déjà avec une petite quantité de peinture. il est également possible de travailler sur un motif de séchage progressif en passant de «remplissages» à des taches de couleur avec des limites claires.

La peinture est appliquée rapidement, en force, en une seule touche

. Des pigments de couleurs différentes avec de l’eau, appliqués sur du papier humide, ne se mélangent pas jusqu’à la fin. Les peintures “s’éloignent” les unes des autres et “s’infiltrent” l’une dans l’autre, créant de nouvelles combinaisons inattendues. Pour éviter les déversements, il est recommandé de placer le dessin sur une surface horizontale. Cependant, certains artistes créent spécifiquement des stries pour obtenir des effets intéressants, par exemple un cadre avec des courbures de papier. Parfois, pour accélérer le séchage et la consolidation des ruisseaux, le travail est séché avec un sèche-cheveux. L’élément de hasard est toujours très fort, car il est impossible de contrôler totalement le processus de déplacement de la peinture. La glycérine ou le miel ajouté à l’eau ralentit le séchage des peintures et le papier étiré sur la gomme perd lentement son humidité.

Il existe également une opinion selon laquelle les travaux sur du papier pré-humidifié appauvrissent considérablement l’aquarelle en raison de l’impossibilité de contrôler la peinture qui s’étend et ne diffèrent que par les effets de surface.

Les artistes qui ont travaillé à l’aquarelle “de manière humide”

William Turner a souvent eu recours à la technique mouillé sur mouillé lorsqu’il était nécessaire de réaliser plusieurs dessins à la fois. Il a donc travaillé sur une série d’aquarelles de paysages, destinées à une gravure ultérieure. Aquarelliste expérimenté, il a, selon un témoin oculaire, créé ses œuvres «avec une rapidité incroyable et monstrueuse» et a réalisé des transitions en douceur du ton et de la fraîcheur des couleurs. L’artiste peint simultanément quatre aquarelles, plongeant alternativement du papier dans un seau d’eau avec un croquis fixé sur une planche à dessin et, en appliquant rapidement de la peinture, complète une certaine partie du dessin. À la fin du papier déjà séché, il a travaillé sur de grandes et de petites pièces, caressé, frotté avec un doigt et même gratté la peinture. Réalisant son idée, Turner n’a jamais suivi strictement la même méthode, en utilisant toutes les techniques de l’arsenal de l’aquarelle. Cependant, il convient de noter que les peintures à l’aquarelle du XIXe siècle se sont approchées dans leurs propriétés de la gouache moderne.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, M. Mesmacher appliqua l’une des premières techniques «humides» dans le domaine du dessin d’architecture parmi les architectes à la retraite de l’Académie impériale des Arts. Son aquarelle «Vue de la cathédrale de Cologne» a été réalisée de la manière que les aquarellistes du XXe siècle ont peint – librement, avec des ruisseaux et très pittoresques. La quasi-totalité de la feuille a été créée «en un souffle», l’auteur n’établissant l’architecture qu’une deuxième couche de peinture à plusieurs endroits, laissant l’arrière-plan et le premier plan généralisés.

Aquarelliste et éducateur britannique, John Lidzy (ingénieur John Lidzey), expérimentant, a découvert son propre style. Il a peint sur du papier lisse (pressage à chaud) pour assurer le mouvement fluide de la peinture, combinant des techniques humide-humide et humide-sec. Lidzi a bien compris l’imprévisibilité du résultat, tout en essayant de contrôler le processus .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *